fbpx

Quel budget est nécessaire pour démarrer une micro-entreprise de cannabis?

Commençons avec la réponse tout de suite : cela vous coûtera entre 250 000$ et 2 000 000 de dollars, dont environ 60 000$ qui vous seront nécessaire pour lancer votre processus de candidature. Bien que les barrières financières soient importantes dès le début, démarrer une entreprise de cannabis artisanal (qu’il s’agisse de micro-culture ou de micro-transformation) est plus abordable que vous ne le pensez.

«C’est un moyen plus rapide, plus facile, moins coûteux et meilleur d’entrer dans l’industrie; à partir de là, vous pouvez évoluer avec une licence standard et en faire plus», a déclaré David Selema, PDG et co-fondateur de Consult & Grow.

Selema a vu l’industrie allant de la ferme aux produits finis. En raison des coûts d’investissement et d’exploitation plus bas et des meilleures opportunités de cultiver des variétés de haute qualité que si vous étiez un plus grand producteur, il voit le démarrage d’une micro-compagnie de cannabis comme étant un “moyen idéal pour entrer dans l’industrie” de nos jours.

Qu’est-ce qu’une micro-entreprise de cannabis ?

Le terme «micro» a une définition différente pour un cultivateur par rapport à un processeur. Pour un micro-cultivateur, micro signifie être capable de cultiver jusqu’à 200 mètres carrés (2 152 pieds carrés) de plants. En mai 2019, Santé Canada a modifié les règlements et exige maintenant une installation prête à l’emploi avant d’accorder l’approbation.

Pour un micro-processeur, micro signifie pouvoir traiter jusqu’à 600 kg de cannabis séché par an. L’exception à cette règle est si un micro-processeur a une licence de micro-culture pour qu’il puisse développer une offre illimitée sans la restriction des 200 pieds carrés.

“Les micro-opérations produisent de petits lots, de haute qualité, qui vous permettent de faire du cannabis haut de gamme pour les connaisseurs”, a déclaré Selema. Il voit d’énormes opportunités pour la sélection de nouvelles souches et pour l’exportation de cannabis médical.

Ceux qui ont une entreprise de micro-culture ou de micro-traitement peuvent également demander d’autres licences telles qu’une pépinière ou une licence de recherche. Commencer par une micro-licence signifie également que vous pouvez ensuite décider de passer à une licence standard.

Les coûts de démarrage

Le meilleur conseil qu’on peut vous donner, c’est de commencer lentement, de construire un produit de qualité, puis de décider plus tard de développer. Vos coûts de démarrage comprendront la construction d’une installation, la recherche de matériaux de démarrage (par exemple, des clones, des nutriments etc.) et la gestion des coûts d’exploitation (par exemple, les salaires, les assurances, etc.)

Beaucoup de vos coûts initiaux dépendront du type d’opération que vous choisissez. Selon votre choix de culture (en extérieur, serre ou intérieur) ou d’opération de transformation, attendez-vous à payer entre 250 000$ et 2 000 000$ pour les installations et l’achat d’équipement.

Les frais de demande initiaux pour lancer une micro-culture ou pour obtenir une licence de micro-traitement sont de 1 638$. Après avoir payé ces frais initiaux, chaque entreprise de micro-cannabis devra payer 1 654 $ supplémentaires par personne en frais de sécurité. Ces frais de sécurité couvrent les administrateurs, les actionnaires (au-dessus d’un certain pourcentage) et ceux qui occupent une position significative (les producteurs principaux, par exemple). Il y a également des frais réglementaires annuels une fois les ventes commencées, qui sont de 1% pour les revenus du cannabis allant jusqu’à 1 million de dollars, et de 2,3% pour ceux de plus de 1 000 000 de dollars de ventes.

Sauver des coûts

Les coûts d’exploitation de démarrage n’ont pas besoin d’être élevés. En matière d’agriculture, le matériel réutilisé fonctionne très bien. Tous les équipements que vous achetez n’ont pas besoin d’être hyper-efficaces pour bien fonctionner. Initialement, l’équipement doit fonctionner suffisamment bien pour répondre à des normes de qualité raisonnables, tout en offrant des rendements élevés et un bon goût.

«Nous avons travaillé sur plus de 50 projets, ce qui nous permet d’avoir beaucoup de solutions d’affaires que nous pouvons fournir à nos clients; et qui leur permettra de toujours trouver la meilleure qualité, ainsi que les solutions les moins chères pour chaque aspect de l’entreprise.» dit Selema.

Selema conseille à ses clients de ne pas transiger sur la qualité et la sécurité des travailleurs. Économiser de l’argent (et du temps) revient à obtenir les bons conseils, au bon moment. C’est là que l’aide de consultants fiables entre en jeu. Les coûts des consultants coûteront généralement entre 50 000$ et 100 000$. La demande auprès de Santé Canada compte souvent plus de 100 pages et prend habituellement huit semaines pour être complétée.

La décision d’économiser de l’argent en retardant l’achat de certains des meilleurs systèmes de sa catégorie pourrait affecter votre fonctionnement d’une manière ou d’une autre. Consult & Grow propose à ses clients une liste complète de choix d’équipements et d’options de conception de construction, qui offre un choix d’options abordables.

Un capital élevé

Les banques sont souvent réticentes à offrir du financement pour les entreprises en démarrage, en particulier celles sans les licences approuvées pour commencer. Selema a déclaré: «J’aime l’analogie d’ouvrir un bar ou un restaurant. Les banques sont plus disposées à offrir un prêt après que Santé Canada a approuvé une licence qu’auparavant. Il s’agit d’une nouvelle industrie, où les banques ont vu les évaluations des grandes sociétés de cannabis baisser.»

Selema sait que ramasser les fonds pour débuter peut être difficile. Sa solution consiste à aider les clients de Consult & Grow à trouver ce financement grâce à son vaste réseau de contacts et de fournisseurs de services de cannabis. Selema recommande toujours à ses clients d’avoir une équipe qui travaille derrière eux pour faire avancer les choses.

Exigences relatives à la licence de cannabis de Santé Canada

Les micro-cultivateurs et les micro-transformateurs doivent suivre le même processus rigoureux que ceux qui demandent une licence standard. Cela inclut les mêmes exigences pour les vérifications des antécédents, le contrôle de la qualité et la tenue des registres. La seule vraie différence entre une licence micro et une licence standard réside dans la taille et l’échelle des mesures de sécurité – une micro-licence nécessite moins d’exigences de sécurité que des licences standard (par exemple, pas besoin de conserver des enregistrements vidéo jusqu’à un an).

La plupart des règlements de Santé Canada se concentrent sur la sûreté et la sécurité pour s’assurer que le cannabis cultivé légalement ne soit pas détourné vers les marchés illégaux. Santé Canada vous demandera également de suivre les Bonnes Pratiques de Production et d’établir des normes de qualité.

«L’importance de la conformité GPP et de l’obtention de la certification GMP est non seulement bonne pour des raisons de conformité mais également pour vous aider à exporter là où la demande est plus élevée», a déclaré Selema. Toutes les installations de cannabis devront montrer des flux de travail efficaces, des procédures opérationnelles normalisées (SOP), la tenue de dossiers et un système de suivi du cannabis pour obtenir l’approbation de Santé Canada.

Selema comprend la nécessité de ces réglementations. Il sait aussi que cela constitue pourtant une barrière lors du lancement des entreprises de cannabis artisanal. Bien que 250 000$ à 2 000 000$ ne soient pas un petit investissement, vous pouvez démarrer une application commerciale de micro-cannabis avec 60 000$ avant d’avoir à accumuler des fonds. Vous aurez toujours besoin d’avoir une installation entièrement construite avant que Santé Canada n’approuve votre licence, mais l’ensemble de ce projet est abordable pour les petits investisseurs et les entrepreneurs.

Pourquoi faire appel à nous?

Vous cherchez à comprendre les besoins juridiques et commerciaux pour démarrer une micro-entreprise de cannabis?

Pour réussir, vous aurez besoin des conseils d’un consultant qualifié et professionnel. Nos experts connaissent les délais et les informations manquantes courantes pour obtenir les licences. Comme l’industrie du cannabis légale devient progressivement légale partout dans le monde, le Canada a encore de nombreuses années pour croître.

Consult & Grow comprend les exigences de conformité réglementaire pour vous aider à démarrer. Contrairement à la plupart des cabinets de conseil en cannabis, le président de Consult & Grow est un maître cultivateur et est impliqué dans chaque application client.

Francis Hebert a co-fondé Consult & Grow en 2017 et est un maître-cultivateur avec une profonde appréciation de tout ce qui touche à la culture du cannabis conformément à la réglementation canadienne. Il possède de solides compétences techniques en conception de bâtiments de cannabis conformes aux GPP et aux GMP.

Comme vous l’avez vu, tous les styles d’agriculture offrent des avantages et des inconvénients. Et chacun avec ses propres besoins de mise en œuvre. Si vous avez des questions, Francis Hebert de Consult & Grow peut être contacté à info@consultandgrow.ca.

Partagez cet article

Partager sur facebook
Partager sur twitter
Partager sur linkedin
Partager sur email